Les résidents d’Harlem sont indifférents au Coronavirus alors que certaines entreprises commencent à sentir ses effets !

Photos : Isseu Diouf Campbell

A en croire les propos de bon nombre de résidents d’Harlem, on penserait que le Coronavirus n’est pas encore arrivé à New York. Ils vivent leur vie comme d’habitude et ne se sentent pas du tout concernés. Mais certaines petites entreprises disent qu’elles n’ont pas vu leurs clients d’Harlem ces derniers temps.

 « C’est un virus créé par l’homme », a déclaré D., un habitant d’Harlem en route chez le coiffeur. « Dans une minute, vous verrez qu’ils ont trouvé un vaccin, et tout le monde devra se faire vacciner comme pour la grippe. C’est une question d’argent ».

Karen, qui vit et travaille à Harlem, ne s’inquiète pas non plus du Coronavirus.

 « Ce qui doit arriver arrivera », dit-elle.  « Il faut juste être prudent. D’ailleurs, avez-vous déjà vu une seule personne noire attraper ce virus ? »

A environ un pâté de maisons de là, Robyn sort du supermarché en marmonnant, quelqu’un vient de tousser à côté d’elle sans se couvrir la bouche correctement. « Je vais peut-être devoir me procurer un masque », dit-elle. « Je n’ai pas vraiment peur parce que je ne pense pas que le Coronavirus soit si grave. Ce que je trouve grave, c’est l’hygiène quotidienne de certaines personnes. Prendre des précautions comme se laver les mains ou se couvrir la bouche quand on tousse ! »

« Ils ne nous disent rien que nous ne faisions pas déjà », a ajouté Robyn. « Les Noirs ne peuvent pas se permettre de tomber malades. Étant opprimés économiquement et institutionnellement, nous devons faire des efforts supplémentaires pour suivre le rythme. Nous ne pouvons pas nous permettre de prendre un jour de congé, encore moins de ne pas travailler ».

Ojojo, un autre résident d’Harlem, est dans son magasin, derrière le comptoir.

« Le coronavirus appartient à ceux qui l’ont fabriqué », a déclaré Ojojo. « Je ne suis pas inquiété par le virus. Je me lave les mains et je reste loin des gens qui sont malades. » 

« Les gens ne sont très réactifs à propos du Coronavirus parce qu’ils sont dans le déni et ils ne valorisent pas leur propre vie », a déclaré Sabrina sur le chemin du retour du vendeur de fruits. « Harlem a le taux le plus élevé d’enfants atteints de maladies respiratoires. Je me demande comment ce virus va les affecter. Le personnel de santé de la ville devrait être présent pour informer les gens ».

Carlos, chauffeur UPS, est l’un des rares clients d’un salon de beauté à Harlem

 « Les gens nous donnent plus de travail parce qu’ils font leurs achats en ligne, ils ne veulent pas aller dehors », a déclaré Carlos. « Les médias doivent se détendre sur la façon dont ils couvrent le virus. Ce que je vois dans les médias est plus effrayant que ce que je vois tous les jours. Je viens d’apprendre que la bibliothèque vient de fermer pour un mois. Je vis à Harlem depuis 15 ans et j’aime mon peuple. Je ne vais pas commencer à me cacher d’eux à cause du Coronavirus ».

Idrissa, vit à Harlem mais se rend partout où son travail de livreur le mène.

« Je fais moins de livraisons maintenant », dit-il. « Environ 40 à 45 % de moins. La plupart des bureaux du centre-ville sont vides parce que les gens travaillent à domicile. Cela m’affecte financièrement et sur le plan de la santé, car je livre à des personnes différentes chaque jour. Je m’assure de me laver les mains et de changer de gants après chaque livraison ».

Dubem, un architecte d’intérieur, s’inquiète pour l’avenir.

« Les gens comme nous qui sommes des entrepreneurs indépendants, nous ne savons pas ce qui va se passer », dit-il. « C’est quelque chose auquel je me prépare depuis un mois. Le bureau d’un de mes clients est fermé jusqu’au 13 avril 2020. J’espère que les personnes contraintes de rester à la maison s’assiéront et verront le désordre qui règne chez eux et m’appelleront ».

Ocean restaurant, est un restaurant chinois situé sur Malcolm X Blvd à Harlem, ouvert depuis environ 6 ans, n’a pas encore ressenti l’impact du Coronavirus.

« Les affaires vont bien », a déclaré John, l’un des employés du restaurant. « ça tourne un peu au ralenti ces temps-ci, mais ce n’est pas aussi grave qu’à China Town ».

Mamadou, le gérant d’un restaurant local, n’a pas non plus remarqué de changement dans le flux des clients.

« C’est vrai que le rythme est lent, mais je ne pense pas que cela ait rien à voir avec le Coronavirus », a déclaré Mamadou. « Nous avons eu quelques commandes de traiteur annulées parce que de nombreux événements ont été annulés dans la ville, mais à part cela, rien n’a vraiment changé ».

Johnny, le directeur du Nail Lounge de l’ISPA, est assis dans l’une des chaises qu’un client remplit généralement.

« Le nombre de clients a diminué cette semaine », a déclaré Johnny. « C’est une réaction différente maintenant. Les clients entrent et si l’endroit est vide, ils s’en vont tout simplement. Ils reviennent généralement toutes les deux semaines, mais ce n’est pas le cas. Habituellement, avec une belle journée comme celle-ci, l’endroit est rempli ».

Dans le même bloc, Fusion Nails vit une expérience différente

 « Nous effectuons un suivi hebdomadaire mais nous n’avons constaté aucun changement jusqu’à présent », a déclaré le directeur Ken. « Cela pourrait changer ce week-end, on verra bien. »

Le directeur artistique du National Black Theatre, Jonathan McCrory, se détend sur une terrasse à Harlem profitant de sa journée de congé surprise.

« Mon emploi du temps était censé être bien rempli aujourd’hui, mais quand je me suis réveillé ce matin, je n’avais rien à faire à cause du Coronavirus », a déclaré Jonathan. « Nous suivons la tendance et avons reporté un événement qui était censé commencer lundi. Toute la programmation prévue est rapidement supprimée. Les recettes des billets ont disparu. Même si beaucoup de gens ferment jusqu’au 13 avril, nous essayons de compléter l’engagement financier que nous avons avec les artistes ».

Au Red Star, un restaurant chinois situé sur la 7e avenue, il ne se passe pas grand-chose au point qu’ils ont dû licencier deux employés. Seuls les membres de la famille travaillent désormais dans le restaurant.

Nan est derrière le comptoir avec un cuisinier à l’arrière.

« Moins de gens viennent », dit-elle. « Ça a commencé il y a un mois et progressivement, de moins en moins de gens viennent. Il n’y a pas que nous. Tous les restaurants du coin sont de moins en moins fréquentés parce que je ne pense pas que les gens ont envie de manger dehors en ce moment. Nous comprenons pourquoi les gens ne viennent pas. Il est plus sûr de rester à la maison ».

Tia, la propriétaire du salon Weave Lounge, est perplexe.

« C’est une ville fantôme », dit-elle.  « 70 à 80 % de nos clients ont annulé aujourd’hui. Habituellement, un week-end comme celui-ci, nous sommes surbookés. Cela a commencé il y a une semaine et demie. Les grandes surfaces qui vendent des serviettes en papier, du désinfectant pour les mains, du papier toilette ou des produits d’entretien sont les seuls à faire des affaires en ce moment. Cette semaine, les chèques de mes employés reflètent la moitié de ce qu’elles reçoivent généralement. Dieu merci, nous avons quelques clients qui sont venus aujourd’hui. Ils disent qu’ils sont venus parce qu’ils ont un système immunitaire fort ».

De l’autre côté de la rue, Assana, la propriétaire de la Maison de beauté Soraya, s’occupe du seul client qu’elle a eu toute la journée.

« Nous sommes vides », dit Assana. « Cela fait deux semaines. À cette époque, nous aurions dû avoir beaucoup de clients, surtout avec les remboursements du service des impôts. Les gens ne viennent pas, et nous ne savons pas comment nous allons payer le loyer. Le mois comprend 4 semaines. Si vous restez deux semaines sans voir un seul client, comment allez-vous payer le loyer ? »

Au Corner social, les clients sont sur la terrasse et à l’intérieur du restaurant, mais pour Alice, la gérante, le business est au ralenti.

« Les choses ont commencé à ralentir mercredi », a déclaré Alice. « Aujourd’hui, vendredi, il n’y a autant de monde qu’avant. »

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi elle portait des gants, elle a répondu : « J’ai commencé à porter des gants il y a deux jours parce que je suis en contact avec beaucoup de gens, juste pour être en sécurité ».

Regina Smith, directrice exécutive de la Harlem Business Alliance, une organisation à but non lucratif qui fournit des services de soutien aux entrepreneurs, n’a pas enregistré de demande d’aide venant des petites entreprises, mais a constaté un ralentissement.

« Les gens ne mangent plus autant au restaurant qu’avant », a-t-elle déclaré. « Les niveaux de fréquentation ne sont plus ce qu’ils étaient avant et Whole Foods est à court de nourriture ».

Candy est la gérante du restaurant jamaïcain Caribbean Star, et pour son entreprise, rien n’a changé.

« Les gens prennent des précautions, que pouvez-vous y faire ? » dit Candy. « Nous prenons des précautions supplémentaires en vaporisant souvent les tables et en demandant aux clients de ne pas toucher le comptoir en verre, mais nous n’avons pas vu de diminution de notre chiffre d’affaire. »

Le 14 mars 2020, la ville de New York a confirmé son premier décès dû à un coronavirus, une femme de 82 ans souffrant d’emphysème avancé. Sur les 8 millions de New-Yorkais, 463 personnes ont jusqu’à présent contracté le Coronavirus.

La ville conseille aux personnes souffrant de maladies pulmonaires chroniques, de maladies cardiaques, de cancer, de diabète ou d’un système immunitaire affaibli d’éviter les événements et les rassemblements inutiles. Si vous avez de la famille ou des amis qui souffrent de l’une de ces maladies, ne leur rendez pas visite si vous êtes malade.

À partir du 16 mars 2020 à 20h, les restaurants et les bars de l’État ne feront que de la livraison et des plats à emporter alors que les gymnases, casinos et cinémas fermeront jusqu’à nouvel ordre.

Les personnes ayant des antécédents de tabagisme et d’inhalation de vapeurs sont plus susceptibles de souffrir de maladies graves liées à la COVID-19. Pour obtenir de l’aide pour arrêter de fumer, appelez le 866-NY-QUITS.

Les entreprises de moins de 100 employés qui voient leur chiffre d’affaires diminuer de 25 % ou plus pourront bénéficier de prêts sans intérêt jusqu’à 75 000 $ pour les aider à atténuer les pertes alors que les petites entreprises de moins de cinq employés recevront une subvention couvrant 40 % des coûts salariaux pendant deux mois pour les aider à conserver leurs employés.

Les entreprises intéressées par le programme d’aide peuvent remplir le formulaire sur le site web du département des petites entreprises de la ville de New York à l’adresse suivante : nyc.gov/covid19biz

Census2020 ad campaign

 

Related Images: